castellano  /  english  /  français  /    中文  /  ACCUEIL CONTACTEZ-NOUS
 
   


La Escalinata




Échantillon photographique de différents endroits de la ville.
Passez votre souris sur les images pour les agrandir.

 

Mudéjar Patrimoine Mondial de l’Humanité > Le néo-mudéjar

le néo-mudéjar

_________________________________________________________

Quand au début du XXème siècle le Modernisme devient plus important grâce aux nouvelles constructions faites à Teruel, les architectes vont beaucoup s’inspirer du mudéjar, l’art le plus authentique qui se développa dans la ville au Moyen Âge. Ce style architectonique est connu sous le nom de néo-mudéjar et on peut en trouver un grand catalogue au parcours des rues de Teruel.

En 1909, le catalan Pablo Monguió, l’architecte le plus représentatif de l’époque, projeta une nouvelle  porte pour la façade Sud de la Cathédrale. Cette construction marqua le début des constructions néo-mudéjares à Teruel. À l’utilisation de la brique et de la céramique vernissée comme éléments décoratifs, il ajouta de la forge fleurie faite dans l’atelier de Matías Abad.

En 1921 on inaugura le Perron. Il s’agissait d’une construction à finalité pratique qui servait à éviter la grosse dénivellation qu’il y a entre la gare et le centre ville. Il fut conçu pour montrer aux voyageurs qui arrivaient à Teruel par ce nouveau moyen de transport une image digne de la ville. L’ingénieur de ponts et chaussées Monsieur José Torán de la Rad, auteur de ce projet, sut mélanger dans cette œuvre la beauté des constructions mudéjares avec des éléments de forge moderniste. Grâce à sa grande harmonie et à l’usage adéquat de ses éléments, on peut considérer, sans oublier la porte de la cathédrale, qu’il s’agit de l’œuvre la plus représentative du néo-mudéjar de Teruel. Dans la partie supérieure du perron il y a un retable des Amants, haut-relief en pierre, du sculpteur Aniceto Marinas. Le Conseil Régional d’Aragon l’a déclaré Bien d’intérêt culturel.

C’est facile de trouver des traits néo-mudéjares dans la décoration des bâtiments considérés modernistes. Cela suffit de regarder quelques exemples pour le prouver. Le bâtiment de San Nicolás de Bari datant de 1909, situé dans la rue Dolores Romero, avance déjà cette tendance, de même que les anciennes écoles de l’Arrabal de 1912, aujourd’hui les Archives Historiques, situées au boulevard Damaso Torán. Dans la petite maison de la Pharmacie de l’Hôpital Provincial de 1915, situé dans l’avenue de Zaragoza (Saragosse), on introduit la brique pour essayer d’en faire partie du style le plus représentatif de la ville. Le balcon de la tour du Casino de 1922, sur la place San Juan (Saint Jean), est un exemple extraordinaire qui ne passe pas inaperçu. Le bâtiment de la délégation du ministère de la Santé datant de 1930 et situé au premier élargissement de la ville utilise, en plus de la brique, de la céramique. Possiblement, ce sont les arènes de 1935, de même que d’autres arènes de l’époque, un exemple assez représentatif de l’introduction d’éléments néo-mudéjars dans l’architecture moderniste d’une époque plus tardive.

 

   
© 2021 Ayuntamiento de Teruel. Servicio de Turismo. | Plaza de la Catedral, 1 44001 Teruel Telf./Fax.: 978 62 41 05 |   oficina.turismo@teruel.es
Avis légal |  Plan du site |  Protection de données